Le processus HBIM au service de l’étude archéologique : le cas du théâtre antique d’Orange

par Sandrine Borel-Dubourg et Marc Panneau

Maquette numérique du théâtre antique d'Orange (IRAA/A-BIME)
Maquette numérique du théâtre antique d’Orange (IRAA/A-BIME)
Maquette numérique du théâtre antique d'Orange (IRAA/A-BIME)
Maquette numérique du théâtre antique d’Orange (IRAA/A-BIME)

Résumé de l’intervention des auteurs, dans le cadre du colloque Jumeaux numériques : nouvelles frontières et futurs développements, tenu à Paris au siège du CNRS, 3 rue Michel-Ange, les 22 et 23 janvier 2024 :

Le théâtre d’Orange est un monument majeur de l’histoire de l’architecture inscrit au pat­rimoine mondial de l’Unesco et un grand équipement culturel contemporain. À ce titre, il est à la fois l’objet et le support d’activités socio-économiques, culturelles et scientifiques. Depuis 2015, il fait l’objet de restaurations qui se poursuivront jusqu’en 2024 et qui représentent une opportunité unique d’approfondir son étude archéologique. L’enjeu du projet TAIC2, porté par l’Institut de Recherche sur l’Architecture Antique (UAR 3155) et soutenu par la Fon­dation A*Midex d’Aix-Marseille Université, est de développer des protocoles qui permettent de mieux inscrire la recherche scientifique dans une démarche interdisciplinaire, de coordi­nation et de partage, avec les acteurs patrimoniaux, économiques et culturels qui œuvrent pour la conservation, l’étude ou l’utilisation du monument. À cette fin, le projet souhaite faire du théâtre d’Orange un champ d’application qui s’appuie sur les robustes acquis en archéologie des Systèmes d’information géographiques (SIG) pour les associer au potentiel du processus HBIM (Historical Building Information Modeling). Adapté à la gestion patri­moniale et appliqué pour la premier fois en France à un édifice antique, ce dernier permet le travail collaboratif autour d’une maquette paramétrique 3D du monument liée à une base de données des informations du bâtiment. À la croisée des questionnements en architecture, en archéologie et en sciences de l’ingénieur, notre démarche vise à interroger l’adaptation du HBIM à l’étude archéologique de l’architecture monumentale antique avec une approche multiscalaire, allant du détail constructif jusqu’à l’analyse urbaine. L’objectif est de définir une méthode proposant le HBIM comme un processus au service des sciences historiques pour mieux rassembler, ordonner et surtout exploiter scientifiquement un corpus de données se rapportant à un monument. L’enjeu est de rendre cette démarche, inscrite dans la philoso­phie de la science ouverte, reproductible sur d’autres sites. Cette communication propose de présenter l’état d’avancement du projet avec un focus sur les enjeux et les limites des technologies utilisées en insistant sur l’aspect collaboratif entre les différents partenaires impliqués.

Page du colloque

Voir la captation vidéo



Citer ce billet
amendesd (2024, 16 janvier). Le processus HBIM au service de l’étude archéologique : le cas du théâtre antique d’Orange. Un Théâtre Antique Intelligent et Connecté. Consulté le 17 juin 2024, à l’adresse https://taic.hypotheses.org/1841

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search